Ne vendons pas la peau de l'ours !

Publié le par Jean françois kahn

A tous ceux qui voient déjà la victoire , pour les régionales comme pour les présidentielles, Jean françois Kahn sur son blog "Tournez la page" invite à un peu d'humilité et de prudence
Voici ce qu'il dit:

Surtout, il ne faut jamais mépriser l’autre, fût-il l’adversaire. Surtout si c’est l’adversaire. Non, Sarkozy n’est pas nul. Loin de là. Non, on ne saurait le réduire, comme certains, à une espèce de pantin dérisoire et inculte. Il a un vrai talent réactif, quasi énergétique, et un rare sens de l’appropriation de toutes les opportunités et de toutes les occasions. Comme il n’est nullement, quoi qu’on en dise, un idéologue dogmatique, mais, pour le coup, un vrai populiste bonapartiste, sans conviction contraignante, capable de transformer en passion apparemment incandescente un cynisme froid, il peut arborer tour à tour toutes les casaques, enfourcher tous les chevaux, les recruter dans toutes les écuries et les diriger vers tous les abreuvoirs en leur faisant emprunter tous les chemins de traverse pour débouler en tête sur la piste de l’hippodrome central.

Pour l’instant, quoi qu’il est réussi à faire écrire aux médias, il n’a jamais vraiment changé. Mais, demain, qui sait ? Demain d’ailleurs, on a tendance à l’oublier, il aura nommé ses affidés – pas forcément visiblement de droite, ce qui les rendra encore plus dépendants de lui – à la tête de toutes les chaînes de télévision publique, de même qu’il va en nommer une ou un – vous verrez ! – à la tête de l’AFP (l’Agence France Presse). Croyez-vous vraiment que cela n’aura strictement aucune conséquence ?
Et puis si, en effet, on constate actuellement un formidable rejet populaire de l’homme Sarkozy (à qui ses lèche-bottes, notamment dans les médias, n’ont finalement pas rendu service), on ne perçoit aucune appétence à l’égard de l’opposition en général et de la gauche socialiste en particulier.

En fait, la véritable faiblesse du chef de l’Etat, et on le constate en lisant les interventions qui animent ce blog, c’est le fait que, comme George Bush aux Etats-Unis, il ait réussi à couper la France en deux et qu’il n’y a plus de milieu, d’entre-deux. Donc, plus de renfort possible.
Et le vrai risque pour lui c’est que, en cas de défaite humiliante, les différentes factions de la droite larguent l’UMP, reprennent leurs billes, lui fassent payer leurs propres illusions perdues, et se mettent à se regrouper derrière d’autres chevaux de concours.

Source: Jean François Kahn

http://www.jeanfrancoiskahn.com/Regionales-ne-vendons-pas-la-peau-de-l-ours_a68.html

Commenter cet article