Selon que vous serez ministre ou proviseur, l'homosexualité n'aura pas la même valeur.

Publié le par Le Gravier

Michel Collet :  « Mon blog était une façon de partager la solitude professionnelle du chef d’établissement »

Le 9 Janvier 2006, quelques mois après la sortie du livre de  F. Mitterrand  (fin 2005) « mauvaise vie »,  Michel Collet, 48 ans, proviseur du lycée de Mende (Lozère) et auteur d’un blog sur lequel figuraient les photos de beaux hommes en slip, et de lui même les fesses à l'air, allongé sur le ventre en bord de mer; où il évoquait sous un pseudonyme sa vie personnelle et notamment son homosexualité, a été révoqué de la fonction publique. Le ministère a estimé que son blog témoignait d’un « comportement incompatible » avec  sa responsabilité…Le proviseur est accusé d’avoir jeté le discrédit sur le service public…

L’affaire s’empare des médias, et le 20 janvier, Gilles de Robien  annonce qu’il allait prendre une sanction « mieux proportionnée »…mais au final une sanction tout de même.

Il est vrai que M Collet n’est pas ministre. Il mérite donc une sanction !

 A l’époque « Educ Info »  interroge alors le proviseur

http://www.educinfo.info/article/Management/carri%C3%A8res/1458-Michel-Collet-mon-blog-%C3%A9tait-une-fa%C3%A7on-de-partager-la-solitude-professionnelle-du-chef-d-%C3%A9tablissement.html

Visiblement là aussi, face aux journalistes, M.Collet  n’est pas ministre…

Educ info : Dans quelle mesure ce que vous êtes en train de vivre va changer vos pratiques et votre conception du métier ?

 

Educ info : Votre révocation a-t-elle changé la manière dont vous envisagez la responsabilité d’un chef d’établissement, son rôle sa place ?

Educinfo : Vous prenez conscience que le chef d’établissement est vraiment censé incarner  l’image de son établissement ?

Pose-t-on ces questions à un ministre ?

Non !  

Le livre du ministre on le trouve courageux. C’est une œuvre qui exprime une souffrance…

C’est tout juste s'il n'est  pas dit  que  c'est à ce livre qu'il doit sa nomination au ministère de la culture .

La sanction pour un blog. La promotion pour un livre.

L’opprobre pour l’un. Les projecteurs  du plateau de TF1 pour l’autre.

Pour moi, le scandale le plus noir de cette triste affaire est là:  dans cette différence!

Commenter cet article