S'informer c'est résister, Une seule façon de résiter aux insultes du journal le monde, achetez, lisez, diffusez le livre deBenoït Rittaud Le Mythe Climatique.

Publié le par Le Gravier

Il Fallait s'y attendre quand les arguments manquent les insultes pleuvent, Le journal "le monde" n'est plus ce qu'il était ! Ses journalistes sont médiocres, et les articles n'ont plus de substance...
Résitons ! ne laissons pas l'esprit moutonier l'emporter, achetons , lisons, diffusons l'excellent livre de Benoït Rittaud...n'en déplaise à Hervé Kempf...
 

Hervé Kempf persiste (mais sans débattre)

Par Benoît Rittaud

Mon ouvrage a une nouvelle fois les honneurs de la chronique d’Hervé Kempf dans le journal Le Monde. Alors que sa chronique de la semaine dernière rapprochait les climato-sceptiques des munichois de 1938 en un exemplaire point Godwin, c’est cette semaine un autre rapprochement qui est proposé aux lecteurs, également tout en nuances et dont je vous laisse apprécier le début.

Après avoir ingurgité divers pamphlets dénonçant « l’imposture » et le « mythe » climatiques, le chroniqueur s’est intéressé au colloque du conseil scientifique du Front national sur le réchauffement climatique, qui s’est tenu à Nanterre, le 30 janvier. On doit à la journaliste Jade Lindgaard, qui l’a signalé sur Médiapart, de ne pas avoir ignoré cette nouvelle aventure de la pensée.

Jean-Marie Le Pen a conclu le colloque. Citant Claude Allègre, il a exposé combien était fausse la théorie selon laquelle l’activité humaine causait le changement climatique en cours. « Il s’agit d’un dogme. Un dogme, par définition, se passe de toute preuve rationnelle. »

Je cherche mes mots pour rester poli. Hervé Kempf a certes le droit de s’exprimer, mais je trouve tout de même anormal qu’il lui soit ainsi loisible d’user de procédés aussi détestables dans l’un des journaux les plus réputés de la presse française.

Monsieur Kempf, vous avez donc « ingurgité » mon « pamphlet » : j’en suis fort aise. Peut-être pourriez-vous nous expliquer ce qui, dans le ton et le contenu de mon livre, vous pousse à le qualifier ainsi ? S’y trouve-t-il des arguments incorrects ? Des attaques gratuites, ou injustifiées ? Une orientation politique quelconque, qui justifierait le rapprochement que vous faites entre mon livre et la réunion politique que vous évoquez ?

Je ne dispose certes pas d’une tribune comparable pour défendre mon point de vue. La seule chose qui soit à ma portée est de demander un débat avec Hervé Kempf.

J’attire l’attention sur le fait que je lui ai déjà fait cette proposition la semaine dernière suite à sa première chronique. Nous avons eu un bref échange de courriels, que je comptais garder pour moi. Suite à son nouvel article, j’ai décidé de rendre notre échange public, et demande à nouveau à ce qu’un débat puisse avoir lieu. Compte tenu du déséquilibre évident entre les audiences du Monde et du présent blog, il me semble que c’est la moindre des choses.

de : Benoît Rittaud <lemytheclimatique@gmail.com>

à : Hervé Kempf <kempf@lemonde.fr>

date : 23 février 2010 09:44

objet : Invitation à débattre

Monsieur,

Votre chronique intitulée « L’heure du choix » publiée dans Le Monde (édition de dimanche-lundi) met en cause les climato-sceptiques de manière virulente, ce qui a provoqué diverses réactions sur internet. Vous trouverez à la page

http://lemytheclimatique.wordpress.com/2010/02/23/un-commentaire-sur-les-propos-d’herve-kempf/

mon analyse publiée ce matin sur vos propos, laquelle, vous l’aurez deviné, se montre critique.

Accepteriez-vous de venir débattre sur mon blog à propos de votre article, par exemple ce soir ou demain soir ? Voici les conditions que je vous propose, et que vous pouvez bien entendu proposer de modifier :

- le sujet du débat portera sur le fond de votre article ;

- je modérerai tous les commentaires a priori ; aucun propos injurieux envers quiconque ne sera publié, et à cette réserve près je m’engage à permettre à toutes les opinions de s’exprimer ;

- vous aurez toute liberté de prendre votre temps pour répondre aux questions qui vous seront posées, et de mettre fin au débat quand vous le souhaiterez ;

- lorsque vous mettrez fin du débat, les commentaires seront clos ; le dernier commentaire du débat sera donc en principe le vôtre.

Je suis à votre disposition pour discuter de ces modalités d’organisation (ou d’autres), si vous le souhaitez.

Espérant une réponse positive de votre part, bien cordialement,

Benoît Rittaud.

de : Hervé Kempf <kempf@lemonde.fr>

à : Benoît Rittaud <lemytheclimatique@gmail.com>

date : 23 février 2010 16:41

objet : RE: Invitation à débattre

Monsieur,

Comme l’indique clairement mon article, je n’interviens pas en tant que scientifique, mais en tant que citoyen. L’enjeu pour les citoyens est d’évaluer, sur la base d’informations fiables, transparentes, et rigoureusement établies, si les conclusions auxquelles parvient la communauté scientifique sont valides.

En consultant votre site, je constate que les personnes qui y interviennent ont des préoccupations essentiellement relatives à la véracité des informations synthétisées par le GIEC. Je pense donc qu’il serait nécessaire que ce soit un climatologue qui participe à un tel débat, dont j’ai bien noté que vous en assureriez la bonne tenue. On pourrait suggérer que les internautes signent par leur vrai nom : s’ils assument leurs opinions, ils ne devraient pas craindre de parler à visage découvert. Mais je laisse ce point à votre appréciation.

Je mets ce message en copie à un chercheur dont je connais depuis de nombreuses années le sérieux (j’ai suivi en tant que journaliste le sujet du changement climatique depuis 1989) et à qui j’ai parlé de votre proposition. S’il accepte ce « chat » sur votre blog, je me joindrai à lui pour répondre aux questions plus politiques que j’assume et qui pourraient émaner de vos correspondants.

Avec mes meilleures salutations.

Hervé K.

de : Benoît Rittaud <lemytheclimatique@gmail.com>

à : Hervé Kempf <kempf@lemonde.fr>

date : 23 février 2010 17:08

objet : Re: Invitation à débattre

Monsieur,

Merci d’essayer ainsi de trouver un terrain d’entente, mais je considère votre réponse comme un refus. L’idée n’était pas de débattre du réchauffement climatique en général, mais bien de votre chronique parue l’autre jour, dont je crois que vous ne mesurez pas l’ampleur des réactions qu’elle a suscité (même si le fil de discussion de mon blog a aujourd’hui dévié, vous verrez sur le fil d’autres billets quelques réactions plus précises, qui vous donneront un échantillon).

Si votre ami climatologue veut venir parler sur mon blog, il y est le bienvenu, comme tous ceux que le débat sur le sujet intéresse.

Cordialement,

Benoît Rittaud.

PS : Je profite de l’occasion pour remercier Stéphane Foucart, également du journal Le Monde, d’avoir dit vendredi sur le plateau d’@rrêt sur images ce qu’il pensait de la première chronique d’Hervé Kempf.

Pour une petite visite sur le site de Benoït Rittaud, un petit clic ICI

Commenter cet article