Quelles nouvelles font la UNE et lesquelles ne la font pas ?

Publié le par Le Gravier

Si Al Qaeda massacrait aujourd’hui même 17 000 personnes, pouvons-nous douter un seul instant que ça ferait, demain, la UNE de tous les journaux du monde entier ? Rien d’autre n’apparaîtrait en première page. Eh bien, aujourd’hui, lorsque sonnera minuit, dans le monde, 17 000 personnes seront mortes, mais non pas des mains d’une organisation terroriste, mais à cause de la famine qu’impose le marché avec l’aide d’un certain nombre d’Etats, de Banques et de Fonds Monétaires.

Ces milliers de morts ne vont pas faire la UNE des journaux ; nous ne saurons pas qu’ils sont morts. Et le problème c’est que demain encore vont mourir 17 000 autres personnes pour la même raison, avec la même impunité et entourées du même silence. Le capitalisme, la plus nauséabonde des terreurs, les tue tous les jours.

Et l’excuse avancée par les médias pour nous cacher ce massacre quotidien c’est que, précisément parce qu’il a lieu tous les jours, ces 17 000 cadavres ne sont jamais « une nouvelle ». Et c’est peut-être ce qui explique pourquoi, comme cela ne s’était jamais produit auparavant à Cuba, - les 5 prisonniers qui, à ce jour, se sont suicidés dans la base de Guantànamo ne peuvent être mis sur le compte du gouvernement cubain, - le fait que 1 prisonnier ait fait une grève de la faim jusqu’à ses fatales conséquences, justifie par contre l’avalanche de gros titres et d’adjectifs indignés.

En paraphrasant Santiago Alba Rico écrivant à propos de la crise financière - ce n’est pas une crise parce que des millions de gens crèvent de faim dans le monde, c’est une crise parce qu’un tout petit groupe de millionnaires ne gagnent plus autant - la nouvelle ici n’est pas la mort par la faim de 17.000 personnes chaque jour mais celle d’un seul détenu cubain après une grève de la faim.


Koldo Campos Sagaseta
écrivain.

Traduction Manuel Colinas

27 mars 2010

Source
http://www.legrandsoir.info/

Commenter cet article