Où sont les particules du nuage de cendres ?

Publié le par Reprise de billet

Qui est le plus fiable : celui qui prévoit ou celui qui constate ?

volcan.jpg

Un jour, à l’occasion d’une réunion que j’organisais pour une grande banque, j’ai trouvé la porte de la salle prévue fermée. J’ai alors appelé l’accueil qui détenait les clés pour qu’il vienne l’ouvrir. 

« Vous vous trompez, la salle est ouverte, fut la réponse que l’on me donna au téléphone. » 

En effet, la personne avait, devant elle, le registre précisant les salles ouvertes et les salles fermées. Or sur ce registre, ma salle était ouverte, donc il ne pouvait pas y avoir de problèmes. Il m’a fallu alors de longues minutes pour la convaincre que mon information était forcément meilleure que la sienne, puisque moi, je me trouvais face à la porte. Pour elle, son interprétation était forcément la bonne : elle était la spécialiste et je n’étais que de passage…

Pourquoi vous parler de cette anecdote qui date d’une vingtaine d’années et qui fut sans conséquences sérieuses ? Parce qu’elle m’est revenue à l’occasion du nuage de cendres volcaniques.

En effet, le dialogue – ou plutôt l’absence de dialogue – qui a eu lieu entre ceux qui avaient réellement volé dans le ciel français, et ceux qui, assis dans leur bureau, avaient devant eux le résultat de leurs modélisations mathématiques était du même acabit.

Fort de la puissance de leurs ordinateurs, des années d’expertise de la météorologie française et de leur intelligence collective, les spécialistes savaient qu’il était dangereux de faire voler des avions, et pour tout dire suicidaire. Pour eux, inutile d’aller voir ce qui se passait réellement dans le ciel, puisqu’ils savaient : la porte était ouverte puisque c’était écrit sur le registre. 

Ayant envoyé plusieurs avions dans les airs, n’ayant au retour mesuré aucune anomalie et ne trouvant même pas de particules, les compagnies aériennes constataient qu’il n’était pas dangereux de faire voler des avions. Pour elles, qu’importait ce que prévoyait les modèles, puisqu’elles voyaient qu’il n’y avait pas de particule : la porte était fermée puisqu’elles se trouvaient devant.

Tout ceci ne serait qu’une anecdote si, cette fois, les conséquences n’étaient pas si importantes : ciel aérien complètement bloqué ; perte des compagnies aériennes et, plus largement, de tout l’industrie du tourisme ; désorganisation des entreprises dépendantes du fret aérien ; de nombreuses personnes bloquées un peu partout dans le monde, dont certaines sans ressources pour faire face aux dépenses occasionnées… Excellent timing au moment où la reprise européenne était déjà plutôt atone…

On voit les dégâts d’une approche partant de l’expertise pour faire face à l’imprévu. Quand on se retrouve face à une situation inconnue et sans précédent, il est toujours dangereux de faire confiance à l’expertise passée et à la modélisation mathématique. Il est beaucoup plus efficace d’être modeste et sans a priori, et d’observer attentivement ce qui se passe. Comment se fait-il qu’il ait fallu tant de jours pour avoir des relevés réels des particules dans l’air ? Pourquoi ce sont des compagnies privées qui ont été les premières à faire des mesures ? Elles y avaient un intérêt direct - leur survie est en jeu -, mais pourquoi les pouvoirs publics se sont satisfaits des seules prévisions théoriques ?

Il ne s’agissait bien sûr pas de risquer la vie de pilotes – et a fortiori de passagers –, mais n’avons-nous pas de ballon-sonde et d’avions sans pilote – les drones ? Certes nous pouvions perdre quelques-uns de nos précieux drones, mais, vu le coût collectif du blocage aérien, cela aurait été rentable.

Mais il est vrai que l’on va me rétorquer que les drones sont déjà mobilisés pour la guerre en Irak et Afghanistan, et que le terrorisme d’Al-Qaïda est beaucoup plus dangereux que le terrorisme de la mathématisation du monde. Désolé, je retire tout ce que je viens d’écrire… 

PS : Pour finir, on a inventé les corridors. Je suppose que l’on a construit tout autour des filets antiparticules, à moins qu’il suffise d’inscrire « interdit aux particules », les particules venant d’Islande étant probablement éduquées et disciplinées. Je propose que l’on garde collectivement en mémoire cette brillante percée conceptuelle, c’est une candidate pour un best of en fin d’année….

 

Robert Branche

Source:

http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/ou-sont-les-particules-du-nuage-de-73797

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article