Le despote parasitaire

Publié le par Le Gravier

 

 

200px-Ubu-Jarry.pngNous devons résister.

Nous pouvons le faire dans la rue, en faisant grève, en militant, en collant des affiches, en distribuant des tracs, etc.…

Mais nous pouvons le faire aussi dans les mots que nous utilisons.

 

Remettons les mots dans leur sens

Un exemple :

Qui n’a pas entendu ces expressions : état providence, la soif fiscale tyrannique de l’état ?

 

Or, quelle est la puissance despotique qui aujourd’hui nous soumet à sa loi après nous avoir pompé le sang sans contre partie ?

 

-  Certainement pas l’Etat – dont on rappellera qu’il restitue en prestations collectives l’ensemble de ses prélèvements…écoles, routes, crèches, hôpitaux….la liste est très longue.

Ne parlons donc pas d’état providence mais  « d’état solidaire »

 

-Mais  le système bancaire-actionnaire, lui, dicte sa loi aux peuples,(on ponctionne pour sauver les banques) et il conserve unilatéralement le produit intégral de ses captations.

Quand nous parlons des banques n’oublions donc pas d’ajouter « ces despotes parasites »

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article