Rocard ou pourquoi faire simple et juste quand on peut faire compliqué et injuste!

Publié le par Le Gravier

Écoutez-les !

Que de contorsions dans le discours pour nous expliquer que la taxe carbone n’est pas une taxe mais une contribution climatique, qu’elle n’est pas un nouvel impôt mais un transfert de fiscalité puisqu’elle sera entièrement redistribuée (sic …avouez qu’en matière de circuit court on doit pouvoir faire mieux !).

Voilà donc une taxe, un impôt, un prélèvement, une contribution…Comment voulez vous l’appeler ?

En tout cas c’est bien de l’argent qu’on va aller chercher dans la poche de tout le monde  (donc,  y compris chez les plus défavorisés) pour mettre en place des mesures de réduction d’émission de CO2. ,  avec  un système de redistribution pas encore très clair, ni très fiable (dans le passé nous avons eu, avec la vignette auto, un détournement fiscal de premier ordre, d’où une méfiance qui n’est pas sans fondement).

La question que je me pose est la suivante : pourquoi faire si compliqué alors qu’on peut faire très simple ?

Qui prend le plus souvent l’avion ? Qui possède les plus grandes maisons, quand ce n’est pas deux ou trois ?  Qui a les plus beaux appartements, avec les équipements les plus chers ; bref qui a la plus grande empreinte carbone ?

Le travailleur, l’employé, le cadre moyen, qui va au boulot ? Le chômeur qui pointe et à qui les nouvelles lois (Sarkozy est passé par là) impose de prendre un travail même très éloigné de son lieu de travail ? Le retraité qui passe sa tondeuse à gazon ? Où bien celui qui bénéficie du paquet fiscal ?

Mais au fait, que fait de ses nouvelles économies un bénéficière du paquet fiscal ?

Il consomme ?  Il les place en bourse ?

S’il consomme que consomme-t-il de plus ? Un cinquième appartement ? Des vacances au Qatar (peut être une villa sur l’ile Perle, les maisons y sont très chères, le coût écologique pour arroser le gazon sur ces Iles  artificielles est non mesurable) ?

S’il les place en bourse, c’est pour avoir encore plus d’argent suivant un principe simple : j’ai trop, je place car je veux plus. On sait maintenant,  depuis la crise financière, que la bourse est le lieu de la spéculation sur le pétrole, les matières premières, en résumé de l’argent pollueur.

Au fond il est facile de voir que s’il y a de l’argent écologiquement  nuisible c’est bien l’argent du paquet fiscal.

Alors une mesure simple peut être prise par le gouvernement s’il en a la volonté :

Annuler le cadeau fait aux plus riches avec le paquet fiscal et s’engager à utiliser l’intégralité des sommes retrouvées dans les caisses  à des mesures économiques favorable à l’environnement, genre gratuité de la carte orange pour tous les travailleurs qui vont au boulot. Ça favorise les transports en commun en aidant les plus pauvres, ça évite de leur prendre de l’argent en leur faisant croire qu’on va le leur rendre et ça permet de réduire l’empreinte écologique des riches.

Voyez vous  tous  les avantages ?.

Commenter cet article