Dans le sillage du Titanic

Publié le par Le Gravier

 

De retour du défilé du premier mai à Perpignan, je ne peux m’empêcher de vous dire ce qui me préoccupe.

Tous les syndicats étaient là ; l’unité dans la rue a connu une belle manifestation ce premier mai 2009. C’est un encouragement et un signe fort pour l’avenir des luttes dans notre région.

Certes, les participants étaient beaucoup moins nombreux que lors des deux dernières manifestations. C’est, m’a-t-on dit, une tradition locale. Chacun manifeste dans sa ville. Il y avait des rassemblements un peu partout, à Céret, Rivesaltes, Elne, etc. En conséquence, la participation sur Perpignan était moindre, mais, au total, le mouvement n’a pas faibli.

Le Parti de Gauche s’est fait remarquer par une forte présence. Son tract « Case toi ‘’Pov Con’’ » et le badge du même nom, ont connu un beau succès… L’accueil était enthousiaste : des milliers d’exemplaires ont été diffusés en un rien de temps. Un bon soutien pour le Front de Gauche !

En revanche, j’ai beaucoup regretté la discrétion étonnante du Parti Communiste. Pour avoir parcouru la manifestation dans tous les sens avec mes tracts appelant à voter Front de gauche, je n’ai compté et recompté que quelques badges PCF et un seul drapeau, soutenu par un militant courageux. Les militants devaient être là, bien cachés dans la foule… Le NPA, ainsi que le parti socialiste défilaient, eux,  à drapeaux nombreux et déployés. Le parti socialiste, qui en profitait pour distribuer son tract  des  élections… euh, non pas municipales… mais Européennes.

Comme c’est le cas partout en France, un point fixe « Front de Gauche »  devait être tenu par les camarades du PCF et du PG sur le parcours de la manif. Mais au dernier moment le PCF de Perpignan y a renoncé. Cette discrétion du Parti Communiste annonce-t-elle un effacement encore plus important sur Perpignan, lié à des échéances locales ?  Si c’est le cas, c’est un signe regrettable pour le Front de Gauche dans les P O.

Nous le disons tranquillement à nos camarades communistes : pour gagner en influence, ce n’est pas en vous plaçant dans le sillage du Titanic que nous y parviendrez ! Le peuple de gauche est en attente d’un espoir à gauche, d’une politique combative de rassemblement sur des bases claires, pas d’un effacement électoral pour quelques malheureux et incertains strapontins municipaux, au prétexte qu’il faut battre Alduy. Ne voyez-vous pas que le peuple de gauche en a assez de voter par défaut, et jamais pour ses candidats ! Il faut voter Royal pour éliminer Sarkozy, il faut voter Amiel Donat pour éliminer Alduy… A ce compte-là,  demain, aux prochaines présidentielles,  préparez-vous à nous dire « il faut voter Bayrou pour éliminer Sarkozy » ! (Car qui peut être certain que Bayrou ne sera pas au deuxième tour ?). Quand on fait de la politique sur ces bases-là, comment s’étonner de ne plus avoir d’audience électorale !

Une seule possibilité s’impose à vous comme à nous : affirmer la politique de gauche que nous voulons et la soumettre à l’épreuve du combat électoral. Ainsi :

-          au premier tour, on choisi, on vote pour la politique qui nous convient le mieux

-          au second tour, on avise, on élimine s’il le faut, mais au moins, on s’est battu au premier tour pour  ses propres  idées,  ce n’est qu’ainsi qu’on les fait progresser. L’autre méthode, on sait où elle vous a conduit …  Pardonnez nous mais nous ne faisons pas de la politique pour aller dans ce mur.
Le Gravier
   

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Vicente 02/05/2009 07:05

Je pense aussi qu'il ne faut pas esquiver nos responsabilité pour Perpignan ; situation pourrie, une droite accrochée prête à utiliser tous les moyens pour garder sa part de gâteau (ou le rien qui leur reste), et nous aurons un choc devant les résultats du FN!
Alors, le Titanic serait de ne pas avancer notre parole auprès d'Amiel Donat sans renoncer à rien pour le reste! en plus, je pense qu'elle donne sa place à chaque équipe qui vient créer les conditions duchangement (n'oubliez pas que l'an prochain il y a les sénatoriales d'Alduy). Alors, idéologie ou pragmatisme???